dimanche 9 novembre 2008

TOO MANY LEGS UNDER THE TABLE

Ah nan pas possible il est presque cinq heures j'ai l'impression que je viens de me lever et le soleil commence DEJA à se barrer. J'avais dans mes plans de passer mon dimanche toute seule dans ma maison en pyjama pour tenter de rattraper le retard faramineux (lol) dans mes devoirs que j'ai réussi à accumuler cette semaine je me suis surestimée y faut croire finalement ma soeur est restée avec moi et après avoir déjeuné devant Across the universe j'ai passé un certain temps à rien faire du tout en pensant au film que je venais de voir puis au bout d'un moment j'ai tenté de me tourner vers mon classeur d'allemand mais mon courage n'a pas résisté à la vue de toutes ces feuilles et je me suis dit que j'avais toujours pas vu l'épisode neuf de gossip girl. Allons voir gossip girl. Ah jenny je suis fière de toi n'écoute pas ton méchant papa je te soutiens moi. Oh en parlant de gg hier dans le train j'ai fait la rencontre d'un mec stupéfiant un mix de gaspard ulliel et chuck bass, sans style aucun malheureusement, j'étais à deux doigts de lui faire remarquer à quel point il gâchait son potentiel. Après j'ai appris que son poteau jouait dans un groupe belge oh cool et vous jouez où? ben la semaine dernière on a joué à l'anniversaire d'une fille. Aaahaha. Pardon. En fait j'ai passé la journée à bruxelles hier, plus jamais de la vie je pars dans une ville inconnue sans faire un minimum de recherches de bonnes adresses, normalement j'y pense toujours, mais pas cette fois, du coup je me suis rappelé que ma mère m'avait dit qu'y avait des magasins dans la rue louise et tout ça, ok, on prend le metro (qu'on a cru gratuit d'abord parce qu'on pouvait renter sans ticket, c'est qu'à la fin de la journée qu'on a remarqué les distributeurs de tickets ah ben non c'était ps gratuit. non mais tu crois quand même pas qu'on va dépenser 1,70 euros pour un ticket qui sert à rien si? bref.)donc on prend le metro pour se rendre à l'opposé de la ville parce qu'on s'était débrouillées pour aterrir dans le quartier des affaires et puis ohmondieu non l'avenue louise c'est l'avenue montaigne belge. Après l'avoir arpenté de haut en bas on a tenté notre chance en se hasardant sur le grand boulevard perpendiculaire à l'avenue, caca, c'est pire, louis v., hermes, tiffany's, chanel, blablabla. Ouais mais peut être dans les petites rues qui partent sur les côtés, ah non, des magasins de design à la pelle, des galeries d'art, ok tant pis. Alors on s'est promenées, on a fait les magasins de dehors, c'est bien aussi et surtout c'est plus économique. En plus j'adore me promener le long des belles vitrines, je m'y sens bien, c'est très bizarre. J'ai quand même déniché une paire de vans prison issue en cuir noires à 25 euros, j'en ai eu envie tout l'été et je les ai cherchés dans tout barcelone, depuis j'y avais renoncé mais à 25 euros excusez moi j'ai pas pu resister. Du coup je me suis dit que je pouvais bien m'offrir l'écharpe bleu et rouge et blanche à paillettes un poil plus chère que les vans, mais je suis à peu près sûre de posséder une des plus belles écharpes du monde, et dieu sait combien je suis obsédée par les écharpes depuis que je connais chuck bass (et que j’ai vu la belle personne).Ce magasin à défaut de vendre des choses à des prix acceptables (sauf les vans haha) il passait kings of leon et cold war kids, j’ai apprécié. Après j’ai eu le malheur de rentrer dans une boutique zadig & voltaire (qui passait AUSSI du colds war kids) où j’ai vu en chair et en os l’objet de mes désirs récents, le sublime nouveau sac cabas/besace deux en un arf, ça c'était juste après le magasin de jouets trop stylish avec l'ours de karl lagerfeld en vitrine, MAIS ce magasin (parce que oui bien entendu on y est rentrées) c'est dingue c'était mon ancienne chambre en plus grand j'ai failli m'acheter une peluche même mais non. (en fait j'ai eu peur du vendeur qui ressemblait un peu trop à mika) Dans la gare juste de l’autre côté du quai y avait l’eurostar, on a presque failli accidentellement pas si accidentellement y monter mais on s’est dégonflées. Ben oui on avait pas de billets. Alors on a docilement attendu l’autre train, celui qui mène vers un territoire beaucoup moins excitant, en mangeant nos pains au chocolat gratuits qu’on s’est faits offrir par le garçon de la boulangerie parce que je lui ai dit que j’avais qu’un euro, gentil garçon. Oops je recommence mes romans fleuves.

(//)

1 commentaire:

Y. a dit…

OUAIS toi aussi tu subis la malédiction des écharpes ! ah la belle personne petis coquins : )

hé j'aime bien tes romans fleuves

xx